Fermeture de l’Ecole supérieure d’arts de Rueil-Malmaison, mai 2011

Le CIPAC a le regret de vous annoncer la fermeture de l’Ecole supérieure d’arts de Rueil-Malmaison


MÉMORABLE…

10 ANS D’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR
À L’ÉCOLE SUPÉRIEURE D’ARTS DE RUEIL-MALMAISON 

 
MÉMORABLE… 3 gestes pour résister à sa disparition

 
 "Nous aurions eu de bonnes raisons pour faire la fête : ce mois de juin 2011 marque les 10 ans d’un premier cycle supérieur à l’École supérieure d’arts de Rueil-Malmaison, avec des étudiants qui, comme Michaël Jourdet, félicité aux Beaux-Arts de Paris, y ont obtenu leur DNAP avec succès avant de terminer leur deuxième cycle avec bravoure dans d’autres écoles. Certains ont depuis commencé une carrière artistique et sont présentés dans des lieux d’exposition reconnus sur le plan national et international, tandis que d’autres se professionnalisent dans des métiers créatifs.



Pour l’occasion, Michaël Jourdet fait appel aux anciens diplômés de l’ESARM pour produire une œuvre qui se réfère à leur mémoire de l’école. Sa proposition en forme d’exposition, 2000-2010, investit l’Espace Grognard, accompagnée d’une présentation de travaux des diplômés 2011. Une édition en deux parties retrace modestement l’histoire et l’activité de l’ESARM et présente le travail des artistes exposés.



Mais comme dans l’œuvre produite par Coralie Jauvin pour Mémorable, le gâteau est empoisonné. L’école ferme. Malgré tout l’investissement humain et matériel, malgré une qualité reconnue, malgré la nécessité avérée d’une école supérieure d’art en région parisienne, confirmée dans une récente étude de faisabilité, la fermeture est annoncée définitivement le 20 mai 2011. L’École supérieure d’arts de Rueil-Malmaison, malgré des difficultés, n’a pourtant pas cessé de progresser ; elle était sur sa lancée vers un cycle DNSEP, évalué très favorablement par le ministère de la Culture et de la Communication dans son rapport d’inspection en 2006. Mais alors même que le réseau des écoles supérieures d’art françaises traversent une période de profonde restructuration, alors même que le nouveau statut juridique imposé aux écoles territoriales, l’EPCC, aurait pu offrir l’occasion de refonder le projet de l’École supérieure d’arts de Rueil-Malmaison sur une volonté politique et un financement partagés entre différents partenaires (collectivités territoriales, État, structures publiques ou privées), cette belle aventure pédagogique est aujourd’hui arrêtée de manière prématurée pour des raisons financières.



Face à cette situation paradoxale et pour trouver une solution constructive, l’équipe de l’ESARM a travaillé pendant trois ans avec la Drac Ile-de-France et en collaboration avec l’école d’art Les Arcades d’Issy-les-Moulineaux pour faire émerger un nouvel établissement d’enseignement supérieur artistique en Ile-de-France, sur la communauté d’agglomération Grand-Paris-Seine-Ouest. Des responsables politiques concernés ont manifesté leur intérêt pour le projet. Le Maire de Rueil-Malmaison était prêt à mettre à disposition des locaux et des personnels pour faciliter l’avancée du projet…



Notre équipe au complet attend toujours la mise en œuvre de la structure de transition prévue pour l’élaboration de ce nouvel établissement, mais la fermeture est là et rien n’est encore engagé. Quel avenir ?"
 

© 2017 Cipac

Fédération des professionnels de l'art contemporain

Mentions légales - Réalisation : Moon Websites - agence web paris