Ouverture du Congrès

Quatrième congrès interprofessionnel de l’art contemporain

Metz, novembre 2003

 Ouverture du congrès

  • Messieurs Patrick Thil (adjoint au Maire chargé des affaires culturelles, représentant Monsieur le Maire de Metz, Président de la Communauté d’Agglomération de Metz Métropole),
  • Jean-Luc Bohl, (membre de la Commission Culture représentant Monsieur le Président du Conseil Général de la Moselle),
  • Madame Catherine Jacquat (Présidente de la Commission “Affaires culturelles, sports et tourisme” représentant Monsieur le Président du Conseil Régional de Lorraine)
  • et Monsieur Daniel Barroy (Directeur Régional des Affaires Culturelles de Lorraine),

 

Remercient les congressistes du choix de la Ville de Metz, du Département de la Moselle et de la Région Lorraine. Ils rappellent le passé culturel de la région, sa vocation profondément européenne, la vitalité de ses musées et de ses écoles d’art ainsi que les grands projets à venir : ouverture des nouveaux locaux du Frac en 2004, expositions en collaboration avec l’Allemagne, la Belgique, le Luxembourg, implantation de la première décentralisation du Centre Georges Pompidou à Metz en 2007.
 
Victoire Dubruel, présidente du Cipac, remercie les collectivités territoriales et la Drac de l’excellent accueil réservé au congrès et de leur soutien tout au long de son organisation. Elle rappelle brièvement les problématiques et enjeux du congrès : à l’heure d’une nouvelle phase de décentralisation en France, il s’agit de questionner le “modèle français” en regard des organisations artistiques et culturelles, des mécanismes économiques, politiques et institutionnels en Europe.
Pour accompagner ce congrès, elle propose cet énoncé d’une œuvre de l’artiste américain Lawrence Weiner, « We are Ships at Sea, not Ducks on a Pond » (« Nous sommes des navires en mer, pas des canards dans une mare »).
A l’interrogation en titre du numéro de la revue Aktoer « Vers un Cipac plus offensif ? », elle répond par cette phrase d’Henri Michaux « Dorénavant, il me faut créer de l’inoffensif » et le commentaire écrit par Daniel Dobbels sur le geste inoffensif : « Des gestes qui ouvrent sur quelque chose d’incroyablement non dominant, non écrasant pour l’autre, qui ouvrent des espaces pour l’autre ».

© 2017 Cipac

Fédération des professionnels de l'art contemporain

Mentions légales - Réalisation : Moon Websites - agence web paris