Présentation

Le 4ème Congrès s’est tenu dans la ville de Metz (Lorraine), à l’Arsenal.

Les deux journées du jeudi 27 et du vendredi 28 novembre 2003 ont été des moments privilégiés pour des communications, interventions et contributions de chercheurs de hauts niveaux, des professionnels et des artistes de nombreux pays en Europe. Une série de manifestations à Metz s’est fait l’écho de ce congrès. Une « nuit de l’art contemporain » s’est déroulée le jeudi 27 novembre 2003, à Metz, offrant au congrès une résonance publique et médiatique à une échelle aussi bien nationale qu’internationale. Expositions, rencontres, conférences, portes ouvertes ont permis de mieux connaître les artistes et les acteurs du milieu des arts plastiques. Une visite de lieux d’art contemporain en Lorraine était programmée le samedi 29 novembre. La revue Mouvement et le Cipac ont co-édité un tiré à part qui a permis d’alimenter, par des textes de fond, le débat et les travaux autour de la thématique générale du congrès.

La quatrième édition du congrès interprofessionnel de l’art contemporain a porté les problématiques soulevées par les professionnels français dans le contexte européen. A l’heure d’une nouvelle phase de décentralisation en France, il s’agissait de questionner le “modèle français” en regard des organisations artistiques et culturelles, des mécanismes économiques, politiques et institutionnels en Europe.

Le congrès entendait ainsi affirmer l’importance et la place de l’art contemporain dans la construction européenne et proposer, avec les divers partenaires, une réflexion en forme d’adresse aux décideurs politiques et économiques. Par-delà le bilan et l’analyse comparative des diverses organisations de l’art contemporain dans les pays européens, le congrès visait à formuler des propositions pour faciliter le développement des collaborations artistiques, tant sur le plan culturel, qu’économique ou politique. Ces rencontres ont permis dans le même temps d’ouvrir les questionnements propres au paysage français pour de nouvelles perspectives internationales.

Ces travaux sont portés par les différentes professions réunies au sein du Cipac : directeurs de centres d’art, de musées, de Frac et d’écoles d’art, conseillers aux arts plastiques, galeristes, responsables de bibliothèques et d’artothèques, critiques d’art, enseignants d’écoles d’art, médiateurs, régisseurs et restaurateurs d’art contemporain.

La rencontre s’est orchestrée autour de 4 parties qui ont structurées les débats et les prises de parole des deux journées du congrès les 27 et 28 novembre 2003.

 

Quels cadres pour les coopérations artistiques en Europe ?

Des artistes et des professionnels de l’art ont initié des collaborations, expérimenté la mobilité, construit des outils pour permettre les échanges en Europe. Les collectivités territoriales et l’Union européenne ont conçu des programmes et des instruments financiers et juridiques pour encourager les coopérations. A quelles logiques répondent ces différents cadres ? Quels sont leurs effets, leurs écueils ? Encouragent-ils réellement l’émergence d’une scène européenne de l’art ? Existe t’il, par exemple, une spécificité du marché de l’art européen ?

 

Politiques artistiques : enjeux et responsabilités

Nous assistons à des transferts de décision et de responsabilités vers les institutions européennes et les collectivités territoriales. Dans quelle mesure et selon quelles modalités l’Union européenne et les collectivités territoriales doivent-elles intégrer les dimensions de recherche et de création dans leurs projets respectifs de développement ? Comment, par exemple, concilier identité régionale et coopérations ? Comment nouer aujourd’hui un dialogue entre politiques, institutions et créateurs afin de redéfinir les enjeux des politiques artistiques face aux réalités de la création contemporaine ?

 

Quelle économie de l’art pour l’Europe ?

Un projet artistique ne saurait être indépendant des modalités de son fonctionnement économique. Afin de favoriser la production, la diffusion, la médiation et la conservation de l’art contemporain, comment développer les coopérations entre les champs professionnels, entre le secteur public et le secteur privé, entre les espaces alternatifs et les espaces institutionnels, entre les réseaux marchands et non marchands ?

 

Construire le cadre professionnel européen

L’activité culturelle et artistique repose sur l’engagement productif de ressources personnelles (formation, savoirs, mobilité, innovations) et collectives (équipements, financements). Selon quelles modalités construire le cadre de travail des professionnels et des artistes en Europe afin de permettre la reconnaissance d’un secteur d’activités, la professionnalisation, les échanges et la mobilité (liée à la reconnaissance de compétences pour les professionnels, à la mise en place de cadres juridiques ou fiscaux pour les artistes…) ?

Le quatrième congrès était placé sous la Présidence d’honneur de Raymonde Moulin

 

Conseil d’administration

  • Présidente : Victoire Dubruel, secrétaire de l’association nationale des directeurs d’écoles d’art
  • Vice-président : Christophe Domino, président de l’association internationale des critiques d’art, section France
  • Vice-président : Bernard Zürcher, vice-président du comité professionnel des galeries d’art
  • Vice-présidente : Blandine Chavanne, présidente de l’association des conservateurs d’art contemporain
  • Trésorier : Emmanuel Latreille, membre de l’association nationale des directeurs de Frac et président de la FEDE
  • Trésorier-adjoint : Claire Legrand, présidente de un moment voulu – association nationale des personnes en charge des relations des publics à l’art contemporain
  • Secrétaire : Sylvie Boulanger, présidente de l’association nationale des directeurs de centres d’art
  • Secrétaire-adjoint : David Cueco, président de la fédération française des conservateurs-restaurateurs

 

Assemblée Générale

  • Association des bibliothécaires de France – ABF
  • Association de développement et de recherche sur les artothèquesADRA
  • Association internationale des critiques d’art, section française – AICA France
  • Association française des régisseurs d’œuvres d’art – AFROA
  • Association nationale des conseillers aux arts plastiques – ANCAP
  • Association nationale des directeurs d’écoles d’art – ANDEA
  • Association nationale des directeurs de Frac – ANDF
  • Association des conservateurs d’art contemporain – CAC 40
  • Comité professionnel des galeries d’art – CGA
  • Coordination nationale des enseignants des écoles d’art – CNEEA
  • Chambre syndicale de l’estampe, du dessin et du tableau – CSEDT
  • Association française des directeurs de centres d’art – DCA
  • Fédération française des conservateurs-restaurateurs – FFCR
  • Association des conservateurs et du personnel scientifique des musées de la ville de Paris
  • Un moment voulu - association nationale des personnes en charge des relations des publics à l’art contemporain

 

Délégué général

Olivier de Monpezat, directeur de l’école supérieure des beaux-arts de Metz

 

Coordination

  • Mathieu Ducoudray, coordinateur
  • Monique Gross, assistante de coordination
  • Aude Urcun, chargée de l’étude sur les emplois jeunes

© 2017 Cipac

Fédération des professionnels de l'art contemporain

Mentions légales - Réalisation : Moon Websites - agence web paris