La mise en réseau : événements et dynamiques territoriales

 

Modération : Aude Urcun, secrétaire générale du réseau tram de septembre 2004 à août 2007.

 

  • Nicolas Barret, Directeur-adjoint et Directeur marketing du Comité régional du Tourisme Paris/Ile-de-France
  • Caroline Bourgeois, Directrice artistique du Plateau (Paris), Présidente de tram ;
  • Chantal Creste, Conseillère arts plastiques Drac Bretagne
  • Nathalie Le Berre, Coordinatrice du réseau Art contemporain en Alsace
  • Vincent Victor Jouffe, Bon accueil/SEPA, Site Expérimental de Pratiques
  • Artistiques, délégué par la FRAAP
  • Cécile Poblon, Responsable de la Galerie Chatiliez (Tourcoing), membre du réseau 50°Nord

 

Aujourd’hui la mise en réseau des acteurs et des structures d’art contemporain n’a plus à démontrer sa pertinence à l’échelle de la région, unité géographique appelée à gagner rapidement en autonomie. Les réseaux contribuent à la structuration du territoire et mettent en lumière ses spécificités. De cette table ronde, deux thèmes ressortent comme liés l’un à l’autre : l’événement et la question du public. De là découle le troisième point important, l’art contemporain et sa qualité de produit touristique.

C’est à travers l’organisation d’évènements que se concrétisent à la fois le travail de terrain des réseaux et leurs objectifs particuliers. Qu’ils travaillent plutôt à l’accompagnement des artistes comme le réseau 50° Nord, représenté par Cécile Poblon, ou à la valorisation des 25 lieux et de leur programmation dans le cas de Tram en Île-de-France (Caroline Bourgeois), c’est au cours d’évènements comme Watch this space pour le premier et Hospitalités pour le second, que « les réseaux sont actifs et activent le désir ». Les réseaux gagnent à ce moment-là une visibilité.

Le délégué de la Fraap, Vincent-Victor Jouffe souligne que les artistes ont une méfiance par rapport à l’événementiel et qu’une autre façon de faire est possible qui privilégie un travail d’ancrage, d’enracinement, opposé à la dérive événementielle. Watch this space en est un exemple réussi dans le Nord-Pas-de-Calais.

La question du public apparaît vite comme centrale pour tous les intervenants qu’ils soient membres de réseaux, professionnels du tourisme, ou conseiller arts plastiques (Chantal Creste). Élargir le public, toucher un autre public, diversifier et fédérer le public : ces expressions disent bien une des préoccupations majeures des acteurs de terrain et la réflexion sur ces questions les mène à la recherche de partenariats.

Chercher de nouveaux publics devient un objectif commun rapprochant ces réseaux des professionnels du tourisme, comme nous l’indique Nicolas Barret, directeur-adjoint du CRT Paris-Ile-de-France, partenaire du réseau tram dans le cadre d’Hospitalités. Il souligne la complémentarité des approches et des outils et cite l’inauguration du Mac Val comme exemple des nouvelles stratégies d’offres touristiques-culturelles. Nathalie le Berre s’appuie sur les relais locaux pour impulser une synergie nouvelle avec de tels partenariats, qui débouchent par exemple sur la formation à l’art contemporain des opérateurs touristiques ou sur le partage de stands dans les foires comme St’Art à Strasbourg.

C’est aussi à travers les outils d’information, plaquettes, supports et lieux de diffusion que les échanges se font avec les acteurs de l’art contemporain. Celui-ci devient alors un objet touristique et il s’agit de demeurer vigilant et de réagir face aux risques de voir privilégiés dans les circuits touristiques, les structures plus importantes et les lieux les plus prestigieux vers lesquels convergent en général les aides privées au détriment des lieux plus modestes (Caroline Bourgeois, directrice du Plateau et présidente de Tram) ou alternatifs (dans la salle le co-président de la Fraap).

La question de savoir si l’art est une production touristique comme une autre a été formulée dans la salle par un membre du Comité des Auteurs Plasticiens, amenant avec elle l’interrogation sur l’incompatibilité ou non entre le caractère éphémère de l’événement, les discours schématiques qui l’accompagne et l’action que l’on voudrait pérenne d’un travail plus en profondeur.

 

Synthèse : Maryse Bernardy-Maret

 

Jour : jeudi 29 novembre 2007
Horaire :10h-12h30
Site : SUBSISTANCES/ ENB
Salle 3 : Amphithéâtre de l’ENBA

© 2017 Cipac

Fédération des professionnels de l'art contemporain

Mentions légales - Réalisation : Moon Websites - agence web paris