ADRA

Créée en 1998, l’Association de Développement et de Recherche sur les Artothèques regroupe les directeurs d’artothèques. Elle s’est donné pour mission l’étude de toute question relative à ce qui fonde l’action des artothèques à savoir : la constitution et la diffusion par un système de prêt de collections d’œuvres d’art contemporain, mais aussi en amont la production d’œuvres multiples.

Inventées par des artistes en Allemagne au début du XXe siècle, les artothèques sont devenues, en France, au début des années 80, des outils de politique culturelle.

Parce qu’il n’existe pas de réception collective de l’art, mais bien une somme de démarches individuelles. Parce que les œuvres d’art ne sont pas des biens de consommation immédiate, mais exigent l’expérience du temps pour être reçues ; les artothèques en France œuvrent, depuis 20 ans, dans le sens d’une approche intime et personnalisée de l’art auprès de publics composés d’individus, qu’elles connaissent et rencontrent régulièrement. Approche rendue possible par l’appropriation temporaire des œuvres dans un cadre familier et quotidien.

Bénéficiant de statuts très diversifiés, les artothèques sont portées par les collectivités territoriales : municipalités pour la plupart mais aussi régions ou départements.

Leur projet est ambitieux. Il nécessite, pour atteindre ses fins, un budget d’acquisition et de fonctionnement permettant un réel enrichissement des fonds, ainsi que le recours à des équipes de professionnels de la médiation. Les moyens dont disposent les artothèques sont encore trop souvent insuffisants en regard du travail de transmission effectué auprès des populations grâce à une approche extrêmement fine et souple du territoire. Pour les aider à consolider leurs assises et à poursuivre ce travail irremplaçable en matière d’aménagement du territoire partout où elles sont implantées, le soutien et la reconnaissance de l’État sont précieux.

Les fonds des artothèques, véritables patrimoines vivants, s’articulent souvent autour d’un champ de recherche pertinent et peu développé par ailleurs, celui du multiple sous toutes ses formes : de l’estampe au cédérom en passant par la vidéo, le livre d’artiste. Le dessin, mais aussi la photographie, constituent également des axes importants de ses collections encore trop méconnues dont la plupart ont aujourd’hui 20 ans. Le réseau national des artothèques, organisé au sein de l’ADRA, souhaite favoriser l’accès de tous à ces collections et travaille aujourd’hui à leur mise en ligne.

Les artothèques ont su trouver des points d’appuis forts auprès de leurs publics, elles sont également soutenues et accompagnées dans leur démarche par les artistes, les galeries et souvent par les autres structures de diffusion (FRAC, Centres d’Art) avec lesquelles de nouvelles conventions de partenariat ont été établies.

De nombreuses artothèques se sont engagées ces dernières années dans des projets de soutien à la création en développant des productions d’œuvres, des éditions et des résidences d’artistes. De plus en plus de ces structures intègrent des programmes nationaux tels « Culture à l’Hôpital » et développent des actions spécifiques pour « acheminer » l’art contemporain au sein de territoires parfois inattendus. 

Télécharger La Charte des artothèques


_
Bureau

Co-présidentes
Anne Peltriaux
Catherine Texier

Vice-présidente
Joëlle Lebailly 

Trésorière 
Béatrice Bena

Trésorière adjointe
Martine Viet-Lefevre

Secrétaire 
Claire Tangy 

Secrétaire-adjointe
Valérie Sandoz


_
Contact

www.artotheques-adra.com
Artothèque du Limousin : artothequelimousin(at)gmail.com
Artothèque de Pessac : contact(at)lesartsaumur.com

© 2017 Cipac

Fédération des professionnels de l'art contemporain

Mentions légales - Réalisation : Moon Websites - agence web paris